more from
Les Disques du Festival Permanent

De Mòrt Viva

by sourdure

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €7 EUR  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Includes unlimited streaming of De Mòrt Viva via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 5 days

      €13 EUR or more 

     

  • Record/Vinyl + Digital Album

    Includes unlimited streaming of De Mòrt Viva via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 5 days

      €18 EUR or more 

     

1.
TREVIA 01:39
2.
RONDALEIRA 04:38
RONDALÈIRA Paures èimes, seriam malastrucs, pres d'un malur sens vesibla rason, aus rais daus bons astres bandits, bresa lumiera mas lo lum Quand elh jorn d'ueï la nueit ceda tornar naissuts, atialam « an-ueï » mas lo ser proche nos assetarà d'avant qu'avora torna anueit A chasque òbra, chasque chausa aiçavau se foait un dire possessiu, quand viuvèm nonmas d'empruntar. Poiriam tenir pusleu qu'aver Franc pauc surat nostre probable quand mesma porta la pròba en son sen, par una chausa assegurada nos foait fauta lo mòt cèrtan De piaus acatas jós chapèl, penchenats o carament rasats, se sem pas dau mesme pelat, de banas, sem dau mesme tropèl Se tota chausa futila se prend sus nautes 'ma ciment, de la lhur pauvalentisa a fòrça 'traparem lo nom De quenh besònh nos tèn aqueste plus se non de balançar 'bei lo moens par foaire de quantitats matematicas ? Se volem moai, quo'es màs par mieux! Se la set vos 'trapa a las lauras anatz pas charchar 'na fontaine ; a tots còps tarida o rondalèira, i a mas que la fònt par solaçar E podretz ne'n biure a sadol d'avant que d'en 'chabar franc saoul. Au Diable siá la Rondalèira, i a mas que la fònt par solaçar RONDALIÈRE Pauvres esprits, nous serions malchanceux, pris d'un malheur sans visible raison, des rayons des bons astres bannis, sans aucune lumière sinon la lampe quand au jour d'hui la nuit cède, nés à nouveau, nous attelons « à-hui » mais le soir proche nous assiéra avant que maintenant ne devienne ce soir A chaque œuvre, chaque chose ici-bas, se fait un dire possessif, quand nous ne vivons que d'emprunter nous pourrions tenir plutôt qu'avoir Franc peu sûr notre probable bien qu'il porte la preuve en son sein, pour une chose assurée nous fait faute le mot certain De cheveux abrités sous chapeau, peignés ou carrément rasés, si nous ne sommes pas du même pelage de mèche, sommes du même troupeau Si toute chose futile prend sur nous comme ciment de leur peu de valeur a force nous prendrons le nom De quel besoin nous tiens ce plus sinon d'équilibrer avec le moins, pour faire des quantités mathématiques ? De vouloir d'avantage, ce n'est que pour mieux! Si la soif vous prend aux lèvres n'allez pas chercher une fontaine ; à tout les coups tarie ou en circuit clos, il n'y a que la source pour soulager et vous pourrez boire à satiété avant que d'en finir franc-saoul. Au Diable soit la Rondalière, il n'y a que la source pour soulager
3.
LA RUPTURE coupe l'herbe qui sous tes pieds choisit la danse campes ton camp dans un enclos aux fers gardés car c'est la rupture, car c'est la cassure qui sûre s'avance ici une mélodie de jours fumeux prend sur le causse comme la marée aux mauvais repos ordonnés un peu de fièvre s’apprécierait car c'est la rupture, car c'est la cassure qui sûre s'avance ici pour transpirer les abcès faire redoler les cellules à peine touchés les verts attraits d'une estive au bord de l'azur, il faut la rupture
4.
NA FESTA 04:00
NA FESTA Desrei en tot, nos seriam levats desvelhats par 'na fam incurabla Creda par 'na festa v'una c'ma de jauventas annadas Treitot de surtida sauvatgina en mòstra afamada Budalhas en fenestra masedèir en rama de pagalha Joïssençia sent a chomi peta, pebra, a raubar la chintchina Lo que de glòria fugis quand s'avisa que l'alen li sent Lo que cren perta de se s'embarra sole embei lo monde Lo que se laissa passar lo braç ben astruc se jónhe lo fiel d'aubada DAME FÊTE trouble en tout, nous nous serions levés, réveillés par une faim incurable appel à une fête une comme de par les années fastes tous de sortie sauvagine en monstration affamée entrailles en fenêtre fourmilière en rameau de pagaille la jouissance sent le ferment pète, poivre, à prendre l'odorat qui de fierté fuit quand il s'aperçoit de sa mauvaise haleine qui craint la perte de soi s'enferme seul avec le monde qui se laisse passer le bras, bien chanceux s'il se joint au fiel d'aubade
5.
CLAVAR CAVAR 02:21
CLAVAR CAVAR Clavar Cavar Bramar Badar Bèc! Cramar Gaitar Catar Bufar Vei ! Sinar Renar Siular Gafar Lei ! Levar Virar Lecar Coichar Melh ! Tombar Tialar Sanhar Sonhar Ben! CLORE CREUSER Clore Creuser Bramer Ouvrir Bec ! Cramer Zieuter Couvrir Souffler Vois ! Renifler Grogner Siffler Mordre Loi ! Lever Tourner Lécher Coucher Mieux ! Tomber Crier Saigner Soigner Bien !
6.
TOTA PERTA 03:46
TOTA PERTÀ A tota perta sa rason foaita A tota rason fòrça cresença d'esser d'enpé, quo es ce que costa la boifia peja la rota quand las vias nos crideton dau desfialats lhur languison v'una vida presa en gialèira demeig moijada à la darrèira damòrarem a la moaison darrèir 'na cortina blancha a pimar lo manca de sason mancarem de ren en mancar de tot aitau lo temps fialara 'ma de ren lo temps passara TOUTE PERTE A toute perte sa raison faite A toute raison force croyance d'être debout c'est ce qu'en coute l'ampoule colle à la route quand les rues nous crièrent des défilés leur langueur une vie prise en gelée demi-mangée à l'automne nous demeurerons à la maison derrière un rideau blanc à scruter le manque de saison ne manquerons de rien, en manquant de tout ainsi le temps filera comme de rien le temps passera
7.
L'IVERN DAUS ASTRES ente l'atge se mesura par la còrda d'un potz sens fond ente v'un aere burlant madura lo plan en v'un torn coma n'aubre sens tronc sa fusta d'estiala 'ma lo granèir dau monde sens bresa d'eschala de mantunas fuelhas la cima enlusida s'eschapa a la vüeda en nos cramar retina lo defòra de tot de veire n'es pas pro mas lo pensam denaut e ne'n predicham que tròp par de bèstias a pautas ges d'erba a piatar sus lo plan en près l'astre se sarrar, l'ivern va trapar tot bufa d'aqui l'aubre es sens tronc sa fusta d'estiala voide granèir dau monde sens bresa d'eschala L'HIVER DES ASTRES où l'age se mesure à la corde d'un puit sans fond où un air brulant fait murir la plaine en un tour comme un arbre sans tronc sa futaie d'étoile comme le grenier du monde sans la moindre échelle de maintes feuilles la cime éclairée s’échappe à la vue en nous cramant rétine le dehors de tout à voir n'est pas assez mais nous le pensons là-haut et n'en prêchons que trop pour des bêtes à pattes point d'herbe à fouler sur la plaine en s'approchant de l'astre l'hiver va saisissant tout souffle d'ici l'arbre est sans tronc sa futaie étoilée vide grenier du monde sans la moindre échelle
8.
LA CREIATURE 00:58
LA CREIATURA Se, que d'un tial peiròs e tarrible au meitan sord de la nueit se foait ausir, plejat sus se-mesme, a redònd dins son pelat, que ten leit dumei las raias verdas, li boailètem le Nom. vos engaitariá un brieu quand le nas o ditz de fugir dreit par sos quartèirs correriá se pauc sa charn non s'espaurissia. vos faudria par comprendre 'ver par dermir mesteir de cacha vos faudria par comprendre aver par viure mesteir de chassa LA CRÉATURE Lui, que d'un cri pierreux et terrible, au mitan sourd de la nuit se fait entendre, plié sur lui-même, en rond dans son pelage, qui tient lit parmi les raies vertes, nous lui donnâmes le Nom. Il vous regarderait un instant, quand son nez lui dit de fuir, tout droit en ses quartiers courrait si sa chair ne s’apeurait pas un peu il vous faudrait pour comprendre avoir pour dormir besoin d'une planque il vous faudrait pour comprendre avoir pour vivre besoin de chasse
9.
NOSTRA FOEIRA gràcia plejada dins la rida la pèl s'alegra sens pensada oblidada la prejaira raja còp sec davant l'auvari 'na dansa de moainatjon nos es tornada a las chambas de ser trescola lo solelh milas còps nos atrai pels sucs un libre badat par se trufar nos enfaçina coma treva nos sentem velhs, petrificats vesem lo fum d'eternitat le saubre es velh e vaporós mas ven talhant coma coteu e le sang cola un còp par tots força la dansa 'bei l'amor dins chasque ventre l'eime viu aquo'es la memòria de charn dins chasque gòrja un mot pendut quo'es 'na memòria sens le nom tornar nos trobem defòra par fomentejar la fieira tornar nos trobem defòra a nos voidar de nostra foeira tornar nos trobem defòra a nos voidar de nostre jus pas parduts mas ben mardòs e pr'aquo sem eiros dins la desbina la fieira nos fiala pas entre los dets contra malure virerem facia vent mas podem pas trepejar l'avenidor en dengun luòc NOTRE CHIASSE sourire caché dans la ride la peau se réjouit sans pensée oubliée, la prière jaillit d’un coup avant l’accident une danse d’enfançon nous est revenue aux jambes le soir décline le soleil mille fois nous attire aux sommets un livre ouvert pour se moquer nous ensorcelle comme fantôme nous nous sentons vieux, pétrifiés voyons la fumée d'éternité le savoir est vieux et vaporeux mais devient coupant comme couteau et le sang coule une fois pour toute force la danse avec l'amour dans chaque ventre l’esprit vif c’est la mémoire de la chair dans chaque bouche un mot pendu c’est une mémoire sans le nom encore nous nous trouvons dehors pour fomenter la foire encore nous nous trouvons dehors à nous vider de notre chiasse encore nous nous trouvons dehors à nous vider de notre jus pas perdus mais bien merdeux, pourtant nous sommes heureux, dans la débine la foire ne nous file pas entre les doigts contre malheur, nous tournerons face au vent mais ne pouvons fouler l’avenir en aucun lieu
10.
VESPRES raiban d'un fiau d'erba solet e chaitiu qu'en venir se despleja raiban dau fiau d'erba vengut prada, cuberta d'infinit raiban d'aquela erba moijada de milas bestias e coma passa de gòrjas a fomarèir raiban d'aquel fems que boaila de frotjar lo gòst a la tèrra dejós raiban en tot pronom personau, siá singular o plurau e s'en troban d'autes raiban dins totas lenguas coneissudas e mai oblidadas e que se troba de monde par respondre raiban milanta còp chausa parèira par trop l'aver rapetada raiban a tornar logís, atubar lo fuòc, s'endurmir, se develhar a moaison abrandada, raiban milanta vetz geste pareir par trop l'aver reprodusit raiban en totas colors vegudas, li fuguesson d'abòra invisiblas raiban de veire tombar n'aubre e 'peitan que poirisse son bòsc raiban a sentre mège le bòsc, e coma boaila son gòst a la tèrra dejós a la tèrra dejòs i raiban e se pensan venguts vermes raiban a rajar de tèrra en creisser de petit a gigant raiban a passar 'na ribeira e sortre en 'na pel estrangèira raiban endefòra tot istoera tant que sunhar se pot. rima que rima paraula que dich en tota chosa sià viventa o pas VÊPRES ils rêvent d'un seul brin d'herbe chétif qu'en croissant se déplie ils rêvent du brin d'herbe devenu prairie, couverture d'infini ils rêvent de cette herbe mangée de mille bêtes et comme elle passe de gueules à tas de fumier ils rêvent de ce fumier qui donne de croitre le goût à la terre en dessous ils rêvent en tout pronom personnel, soit singulier ou pluriel et s'en trouvent d'autres ils rêvent dans toute langue connue et même oubliée et qu'il se trouve du monde pour répondre ils rêvent par mille fois chose identique de trop l'avoir répétée ils rêvent à rentrer au logis, allumer le feu, s'endormir, se réveiller en maison embrasée ils rêvent par mille fois le même geste de l'avoir trop répété ils rêvent en toutes couleurs vues, qu'elles leur furent d'abord invisibles ils rêvent de voir un arbre tomber et attendent que pourrisse son bois ils rêvent de sentir moisi le bois et comme il donne son goût à la terre en dessous à la terre dessous ils y rêvent et se pensent devenus vers ils rêvent à jaillir de terre en croissant de petit à géant ils rêvent à passer une rivière et sortir en une peau étrangère ils rêvent hors de toute histoire tant que songer se peut. rime que rime parole comme dit en toute chose qu'elle soit vivante ou pas

about

(ENGLISH below)

Construit comme un jeu de tarot inventé, De Mòrt Viva explore l’idée d’un paganisme contemporain en dix odes jubilatoires, humoristiques et spirituelles.
L’occitan auvergnat s’impose au crachoir, déployant son maillage métaphorique et polysémique, empreint de la candeur particulière d’une langue nouvellement acquise.
La mélodie naît du mot, le poème enfante la chanson, dans une forme qui pourrait rappeler de loin et sans l’érudition, le trobar, l'art des troubadours.

Dans cet album-jeu, chaque morceau décrit une situation possible, avec ses émotions et ses enjeux types, ses systèmes de forces souvent réversibles et dont le sens échappe à la pensée manichéenne. Puisant dans les figures sans âge du Carnaval, ces dix chansons arcanes apporteront peut-être à nos consciences de quoi penser autrement les préoccupations contemporaines.

Toujours hybride et exploratoire, la musique de Sourdure se découvre ici des facettes inattendues, embrassant l'art de la chanson, prenant des tournures quasi-opératiques. Exosquelette ou révélateur chimique, l’électronique se camoufle dans les aspérités de la chanson comme pour en troubler les contours. Emportée par une armada de percussions et d’instruments à vent, la voix prend naturellement sa place forte, susurrant, savourant la langue d’oc comme un vin macéré.


-------------------------------------------------------------------------------------

(ENGLISH)


Constructed like an invented tarot deck, De Mòrt Viva explores the idea of a contemporary paganism in ten jubilant, humorous and spiritual odes.

The Auvergne Occitan imposes itself at the spittoon, deploying its metaphorical and polysemic network, with the particular candor of a newly acquired language.

The melody is born from the word, the poem gives birth to the song, in a form that could recall from afar and without erudition, the trobar, the art of the troubadours.
In this game-album each piece describes a possible situation, with its typical emotions and stakes, its often reversible systems of forces whose meaning escapes Manichean thinking.

Drawing from the ageless figures of the Carnival, these ten arcane songs will perhaps bring to our consciences what to think differently about contemporary concerns.

Always hybrid and exploratory, Sourdure's music reveals itself here under a new face. Exoskeleton or chemical revelator, the electronics are camouflaged in the roughness of the song as if to disturb its contours. Carried away by an armada of percussions and wind instruments, the voice naturally takes its strong place, whispering, savoring the langue d'oc like a macerated wine.

credits

released April 2, 2021

– Laurent Boithias : vielle à roue (4)
– Eloïse Decazes : chant et concertina (5, 10)
– Josiane Guillot : voix (8)
– Wassim Hallal : daf (6)
– Maud Herrera : chant (4, 10)
– Elisa Trébouville : banjo et chant (7)
– Amélie Pialoux : cornet à bouquin, trompettes (1,3, 6, 7, 10)
– Jacques Puech : cabrette (7)


Chansons en occitan, dialecte auvergnat

Textes e musica : Ernest Bergez
Escriut, compausat e produsit ès Thiern de decembre 2019 a setembre 2020.

Dessenh e tipografia : Camille Lavaud
Composicion grafies : Borja Flames
Mestering e cutting : Dubplates & Mastering

LABEL : lesdisquesdufestivalpermanent@gmail.com
TOUR : jullian.muraillesmusic@gmail.com
PRESS : marc.chonier@gmail.com

license

all rights reserved

tags

about

sourdure Thiers, France

Sourdure
= Ernest Bergez
= 1/2 Kaumwald
= 1/3 Orgue Agnès
= 1/4 Sourdurent
= 1/7 Tanz Mein Herz

Thiers

contact / help

Contact sourdure

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like sourdure, you may also like: